Comment devenir traiteur auto entrepreneur ?

Devenir auto-entrepreneur traiteur constitue une possibilité offerte à tout le monde. Elle consiste à commercialiser ou à cuisiner des repas pour des événements. Ces événements peuvent être organisés par des entreprises, lors du lancement d’activité dans un nouveau local par exemple, ou par des particuliers, dans le cadre d’un mariage, d’un anniversaire, d’un baptême, etc. Quoi qu’il en soit, afin d’exercer le métier, il faut se conformer à certaines conditions.

traiteur-auto-entrepreneur

Les missions du traiteur

Le métier de traiteur offre différentes possibilités au professionnel. D’un côté, il est un spécialiste de la cuisine. Il prépare des repas en laissant libre cours à son imagination. Il innove, sort des sentiers battus et recherche de nouvelles saveurs. Il peut le faire en mélangeant les ingrédients ou en se servant de recettes qui existent déjà.
À propos d’ingrédients, l’auto-entrepreneur traiteur peut directement passer des commandes auprès de ses fournisseurs. Pour cela, il doit en avoir plusieurs. Ainsi, en cas de rupture de stock chez l’un de ses fournisseurs, il peut s’approvisionner chez un autre. Par conséquent, l’une de ses missions consiste à gérer les approvisionnements et les stocks de marchandises.
Le traiteur peut aussi intervenir sur des événements ponctuels. Il peut gérer un banquet, organiser un buffet, planifier les repas que prendront les invités à l’occasion d’un mariage, d’un baptême, etc. En fonction de son expertise, il peut également intervenir sur des réceptions professionnelles et des événements publics. En bref, il est polyvalent.
L’auto-entrepreneur traiteur est également un véritable maître d’orchestre. Il organise le travail des différentes équipes qu’il supervise lors des événements. Il donne des ordres, dirige, coordonne et organise les équipes. En outre, que ce soit dans son propre restaurant ou lors d’un événement, il veille au strict respect des normes d’hygiène et de sécurité alimentaire.

Les formations disponibles pour devenir traiteur

Même s’il est vrai que le métier de traiteur est accessible à plusieurs profils, il convient de suivre des formations spécifiques pour y prétendre. Entre autres, il faut être titulaire d’un CAP Pâtissier. Ce diplôme est utile, car il permet au traiteur de diversifier ses horizons. Il peut ajouter la pâtisserie à son expertise. Cela peut être utile pour la suite de sa carrière.
Il est également recommandé de préparer d’autres diplômes. À titre d’exemple, il peut être utile d’avoir un CAP cuisine ou un CAP charcutier-traiteur. L’avantage, c’est que ce diplôme est reconnu par l’État. De ce fait, il permet de vite débuter son activité et d’obtenir de l’emploi. En dehors de ces diplômes, l’auto-entrepreneur traiteur peut être titulaire de :

Par ailleurs, il est indispensable de suivre une formation en matière d’hygiène. Elle est régie par l’article L.233-4 du Code rural et de la pêche maritime. Cette formation est indispensable surtout pour les traiteurs qui œuvrent dans la restauration rapide, la restauration traditionnelle, les cafétérias et les libres-services. Il convient de souligner que tout établissement de restauration doit obligatoirement compter au moins un membre qui a suivi cette formation qui s’étale sur 2 jours.

Les salaires du traiteur

La rémunération du traiteur varie considérablement, elle dépend de plusieurs paramètres. Le premier paramètre à prendre en compte est son expérience. Plus il est compétent et a de l’expérience, plus le traiteur peut gagner de l’argent. Pour un débutant, la rémunération varie entre 1.430 € et 2.700 €. Dans tous les cas, la somme peut augmenter au fil des années.
Pour un auto-entrepreneur traiteur, la configuration est tout autre. En effet, sa rémunération dépend des offres qu’il reçoit. Cependant, certains professionnels gagnent jusqu’à 3.000 €. Cela est possible surtout parce qu’ils prennent soin de développer leur réseau. Pour cela, ils promeuvent leur activité en utilisant les réseaux sociaux. Ils participent à des événements au cours desquels ils distribuent leur carte de visite à des maîtres d’hôtel, à des particuliers, etc.

Les débouchés du traiteur

Le métier de traiteur offre de nombreux débouchés, d’autant que le secteur de la restauration connaît un essor depuis plusieurs années. Le traiteur peut ainsi orienter son activité vers d’autres domaines relatifs à la restauration : charcuterie, crèmerie fromagerie, pâtisserie, boucherie, etc. Compte tenu des multiples débouchés possibles, devenir auto-entrepreneur traiteur s’avère particulièrement utile pour les personnes qui sont passionnées de cuisine.

Devenir traiteur en auto-entrepreneur, comment faire ?

Pour devenir un auto-entrepreneur traiteur, il est nécessaire de prendre connaissance des démarches administratives qui permettent d’exercer l’activité. Il faut aussi connaître les règlements et les normes en vigueur.
En ce qui concerne les démarches administratives, le traiteur indépendant doit d’abord choisir son statut juridique. Diverses options sont possibles, et chacune d’elles a ses avantages :

  • SASU : le régime idéal pour un entrepreneur qui souhaite travailler seul ;
  • EURL : c’est la forme juridique pour une société unipersonnelle ;
  • Entreprise individuelle : ce statut juridique est moins privilégié, car il est plus coûteux que les autres formes juridiques ;
  • Micro-entreprise : c’est la forme juridique idéale pour un auto-entrepreneur traiteur, car elle s’avère simple et flexible. De plus, la valeur des charges sociales que supporte le traiteur dépend de son chiffre d’affaires.

Une fois le statut choisi, le professionnel s’immatricule au RCS. Ainsi, il obtient l’autorisation de la Chambre de commerce et de l’industrie pour exercer son métier.
S’il doit vendre de l’alcool, l’auto-entrepreneur traiteur doit remplir d’autres formalités. Il doit déclarer une ouverture de débits de boissons à la mairie. En outre, il participe à la formation permis d’exploitation. Sur ce point, les démarches diffèrent s’il décide d’être un traiteur ambulant. En effet, un traiteur ambulant doit avoir une carte professionnelle de commerçant ambulant. Pour la recevoir, il faut en formuler la demande lors de l’inscription.
Dans certains cas, il est indispensable d’obtenir un agrément sanitaire. Il n’est pas nécessaire si l’auto-entrepreneur traiteur sert en tant qu’intermédiaire financier. Il commercialise ses préparations à une entreprise et les livre directement à ses clients. L’agrément n’est indispensable que lorsque l’entreprise stocke les produits pour les servir plus tard à sa clientèle professionnelle.